top of page

⊹ La carte de nos rêves ⊹




Selon les Toltèques, les femmes sont des rêveuses naturelles (grâce à leur utérus notamment, vous le savez désormais). On parle de rêve éveillé ici, qui est un type de rêve différent du rêve nocturne (voir la Puissance du Rêve).


On se rappelle facilement des événements de la vie de tous les jours, car nous en avons l’habitude. Mais ce qu’on vit dans les rêves, c’est une autre histoire. Il faut lutter pour ramener les détails à notre mémoire (avez-vous déjà pratiqué la remémoration d’un rêve nocturne, dès votre réveil ? Puis tenté de la refaire plus tard dans la journée ?).


Le rêve éveillé étant une seconde nature chez la Femme, il n’est pas toujours évident de se souvenir des événements vécus lors de ces états alternatifs.

Selon les Toltèques, la raison énergétique est que le corps stocke ces souvenirs dans des endroits différents, comme un éparpillement.

Effectivement, selon leur capacité à voir la nature énergétique de notre monde, ces chamans ont vu que ce n’est pas la tête seule mais bien le corps qui garde en mémoire, dans ses différentes parties, nos événements vécus (on ne parle pas ici de mémoire émotionnelle mais bien factuelle).


Les Toltèques nous enseignent un moyen de parvenir à retrouver méthodiquement, souvenir par souvenir de ces états alternatifs et de découvrir ainsi les événements cachés que nous portons en nous sans même en avoir conscience. Pour l’anecdote, sachez que les femmes somnambules possèdent un avantage à se souvenir plus facilement de ces événements.


Ils appellent ce moyen « tracer la carte du corps ».

C’est un travail minutieux mais très accessible, qui permet de révéler les endroits où sont enregistrées les images de nos rêves éveillés / lucides.


Comment dessiner cette carte ?


En tapotant systématiquement chaque endroit du corps, centimètre par centimètre (le principe de vibration favorise la libération de mémoire, ce qu’ont compris les techniques modernes comme l’EFT…).

Les Toltèques pratiquent cet acte avec un petit maillet en bois et n’insistent que sur les jambes et les hanches (la zone de stockage principale des souvenirs éveillés).

Les zones du ventre, de la poitrine ou du dos ne recèlent que les souvenirs du quotidien.


Les rêves éveillés sont des portes ouvrant sur l’inconnu. Tracer la carte du corps par des petites pressions sur des points spécifiques permet de découvrir là où les images de ces rêves sont enregistrées.

L’art des sorcières Toltèques est de pratiquer leur seconde nature : le rêve éveillé, qui les emmène à la découverte d’autres mondes et d’infinies possibilités. Elles le pratiquent avec un but : celui d’être libre et affranchie de tout. Un de leur outil de navigation dans l’inconnu est la carte du corps ou la carte du rêve.



Bon tapotage et bonne navigation 🤗


Audrey.


crédit illustration @tarnellisart

97 vues

Posts récents

Voir tout
bottom of page