La Terre nous parle : mon périple à Toronto

Mis à jour : 10 oct. 2019




Me voici donc à Toronto (Canada) , en ce mois d'Octobre !

Ce n'est pas la première fois que je visite le continent américain et un lien particulier m'unit à lui depuis mon enfance (et au-delà).

Au programme de ce séjour qui s'achève au moment où j'écris ces lignes :

vie antérieure avec les indigènes, signes indicateurs de la connexion à l'Astral, chakra de la gorge et libération du Soi, rencontre avec une (vraie) sorcière...



Si vous me suivez, vous savez que depuis cette année 2019, j'ai décidé de voyager un peu plus.

J'ai projeté cette envie, en faisant fi des conditionnements & égrégores à ce sujet (c'est cher, c'est contraignant, ça demande une souplesse d'emploi du temps...) et la loi d'attraction a fait le reste.

En revanche, je n'ai pas nié l'impact écologique (pollution des avions, chemtrails potentiels) ni sanitaire (bombardement quotidien de Wifi et 4G voire 5G lorsque l'on séjourne dans les grandes villes et que l'on transite par des aéroports internationaux, malbouffe...) et j'ai donc essayé de rééquilibrer au maximum dans la mesure de mes moyens (déplacement à pieds, recyclage, extinction des appareils émetteurs d'ondes - box, téléphone - le plus souvent possible...). Car voyager oui, mais en Conscience. Aujourd'hui, ce n'est plus une option.



Dès les premières 48 heures de mon arrivée à Toronto, j'ai perçu l'énergie de la ville, teintée des égrégores humains qui la composent : cogitation, introspection/pudeur/inhibition, frustration et libération.


Cette ville est sans ménagement, pour qui est sur le chemin d'éveil à Soi.

Son climat rigoureux et imprévisible force la capacité d'adaptation. Son vent glacial, dès la fin de l'été, pénètre les os et renforce la dynamique du mental : Toronto est une ville "aérienne" (ou Vata selon les doshas de l'Ayurveda), cérébrale.

Ici, vous vous exposez/exprimez discrètement, avec sobriété et réflexion, à l'image de la culture anglaise dont cette ville chérit l'héritage. Vous réprimez les dynamiques ostentatoires ou déplacées, par souci d'intégration et respect des valeurs de la ville qui ouvre les plus grands bras du monde pour accueillir les populations migrantes venues des quatre coins de la planète.


Les envies déraisonnables, les besoins de changements, les ambitions démesurées... sont mises en sourdine pour rendre gratitude à l'instant présent et aux acquis. Les formes-pensées de Frustration deviennent alors clairement perceptibles pour qui est sensible aux murmures de la Terre.


C'est là tout l'effet curatif de Toronto. Vous poussant ainsi aux limites de vos inhibitions et freins, vous obligeant à sortir de votre zone de confort et vous positionner pour dégager ce Moi qui s'est "encroûté" ou résigné depuis parfois trop longtemps, l'énergie de frustration étant arrivée à saturation.

Qui libère son Moi atteint son Soi (sa nature divine, authentique, alignée et épanouie) :


les énergies de la plus grande ville canadienne vont activer et nettoyer fortement votre plexus solaire (le Moi) pour relancer la circulation énergétique au niveau du chakra de la gorge (le Soi), vous permettant ainsi de mieux comprendre la nature de vos besoins et de vos potentiels.

Le tout dans une dynamique très cérébrale et introspective.




Ayant compris et accepté les énergies de la ville, c'est ainsi que le nettoyage de mon plexus solaire s'est déroulé assez quotidiennement, me laissant peu de répit au final.


Dans la même optique que mon voyage à Cracovie trois mois plus tôt, je me suis laissé guider par les signes & synchronicités, en ayant un petit pré-conçu d'avant départ quand même : en savoir plus sur ma connexion très forte aux peuples des premières nations (un écho chez beaucoup d'entre nous, ce qui est normal au regard de la nature stellaire de ces peuples...).


Avec un rêve nocturne - 3 jours avant mon départ - me reconnectant aux bribes d'une vie antérieure en seconde moitié du 19ème siècle, en tant qu'enseignante anglaise émigrant vers la zone frontalière entre le Canada et les États-Unis et participant de toute bonne foi à la "déculturation" des enfants indigènes scolarisés de force mais réalisant la mascarade dramatique derrière ce processus en découvrant la richesse de ce peuple... je suis (re)partie sur le continent américain, en ce mois d'Octobre 2019, confiante sur mes synchronicités avec cette communauté...



Cette confiance s'est vite estompée face aux obstacles & résistances que je rencontrai dans mes tentatives d'approche et de communication avec la communauté indigène.

Tout au plus, les synchronicités m'ont conduite à découvrir une petite boutique adorable, en plein cœur de Toronto (Gallery Indigena), distribuant des produits issus de l'artisanat amérindien et reversant des royalties aux artistes autochtones. Des achats conscients, chouette! Mais toujours pas de connexion réelle avec ce peuple qui m'appelle...


48 heures après, j'ai su pourquoi : ce n'était pas le bon appel, la bonne fréquence radio!

La synchronicité de ce voyage m'appelait à la reconnexion au ... Féminin sacré. Encore. Comme à Cracovie. Décidément!

Ici, c'est dans la dimension guérisseuse et messagère du végétal que je devais comprendre l'appel.

Ayant découvert ,quelques jours avant de partir au Canada, qu'une de mes missions de vie secondaires résidait dans la reconnexion visionnaire et harmonieuse de l'Humain au monde végétal, cet appel prenait pleinement son sens.

Il s'incarna donc à travers la rencontre complètement fortuite avec une (vraie & discrète) sorcière originaire de Nouvelle-Écosse.


Cette petite femme d'1m55, aux cheveux (très très) longs couleur neige immaculée, est la propriétaire d'une petite ferme à Innisfill . Par respect de sa vie privée, je ne citerai pas plus de détails concernant son identité ou les intermédiaires de notre rencontre.

Ce qui est important dans cette histoire, c'est la connexion que j'ai pu avoir avec cette personne mais aussi visiblement à son espace temps (je reviendrai sur ce point un peu plus tard).


L'arrivée fut très douce & accueillante et au fil des conversations, nous en sommes venu à parler de régressions dans les vies antérieures, clairvoyance, connexion avec les plantes... Cette femme m'intriguait de plus en plus et j'étais absorbée par ses propos, au point d'oublier la barrière de la langue et d'avoir l'impression qu'elle me parlait en français. Je ressentais une similitude dans les attitudes et le mode de vie ; elle dégageait le rayonnement doux du pouvoir féminin et sa dynamique de "travail" avec les plantes m'appelait étrangement fort, comme une vision de mon futur. Mon chakra sacré était en pleine activation, je pouvais en ressentir les contractions dans l'utérus...

Au fil des heures, je me suis rendu compte de tous les petits signes ponctuant son environnement et sa maison : calendrier lunaire avec divinité/couleur/signe zodiacal par jour, une amulette au dessus de la porte d'entrée, sa connaissance très intuitive des plantes et les phénomènes extraordinaires se produisant lorsqu'elle les cultive (une gerbe de camomille devenue arbuste aux fleurs géantes), ses guides de plantes absolument partout dans la cuisine jusqu'au salon, et un écriteau ... "you say i'm a witch as if it was a bad thing ".


Lorsque nous avons compris (moi et ma sœur) où nous étions, les choses se sont un peu accélérées. La nuit fût agitée par des rêves désagréables et une légère sensation d'être accompagnées de présences autour de nous dans la chambre. Le lendemain matin, au moment de repartir, elle nous montra son "sanctuaire". Un petit espace sacré au milieu de son jardin, où elle y reçoit sa "communauté", avec autel (sans sacrifice! juste l'amour des plantes comme elle dit), chaudron frappé du symbole de la salamandre du feu, plantes de protection orientées vers le Nord.. Une vrai marque de confiance à notre égard d'avoir partagé avec nous son jardin secret. Une vraie connexion et la promesse de garder contact.



Au retour à Toronto, ma sœur et moi avons gardé une sensation étrange, comme de flottement et d'imprégnation résiduelle de son énergie. Nous lui avons envoyé un message mais silence radio, avec impression commune de "quelque chose qui cloche". Comme si ce temps avec elle s'était évaporé ou... n'avait pas existé, dans notre espace temps. A suivre...




Quoi qu'il en soit, cet épisode est venu éclairer la signification des signes insistants que j'ai reçus à chaque coin de rue de Toronto : la connexion avec l'Astral.


Astral est le nom de la société d'affichage publicitaire sur le réseau de transports de la ville, mon regard est donc constamment tombé dessus.

Mais L'Astral est aussi ce plan d'existence superposé au nôtre, et qui est source de pièges pour beaucoup d'être humains non éveillés (énergie vampirisée par le star system, les symboles politiques, publicitaires, religieux, les paroles de chanson etc.) comme éveillés malheureusement (channeling, soins énergétiques...) lorsque le discernement n'est pas appliqué, car tout ce qui s'y trouve est soumis à la dualité, comme nous. Il y a donc naturellement retour d'énergie demandé lorsque vous sollicitez des "esprits", même très lumineux.


Vous associez un abri bus au nom "Astral" avec un panneau publicitaire représentant un vampire, un bâtiment avec le numéro 3 (la communication mais aussi la trinité corps-âme-esprit) et une église quelques mètres plus loin... vous obtenez un premier message fort à retenir de mon périple, enrichi du travail sur le plexus solaire : Attention à l'omniprésence de l'astral et ses subterfuges pour nous déconnecter de notre source, garder le discernement et se positionner (très) fortement. Mais aussi renforcer notre communication intuitive avec notre Esprit pour atteindre des sphères de collaboration "saine" et hors dualité.


Un autre panneau, quelques jours après mon immersion dans la ferme enchantée, est venu boucler la boucle :



Ce périple dans la mythique ville canadienne s'achève et je suis...épuisée! Mais très enrichie des leçons et prises de conscience que j'ai pu en tirer sur le chemin qu'il me reste encore à parcourir dans la libération de mon Moi et de mon Soi.

Lorsque vous levez le voile de l'illusion et vous éveillez, la confrontation à la réalité matricielle peut s'avérer de plus en plus dure, vous demandant toujours plus d'efforts pour maintenir haute votre vibration. C'est un chemin difficile mais tellement révélateur et épanouissant !

Le retour sur le sol nord-américain, 15 ans après mon dernier séjour ici, a le parfum d'un adieu : comme un besoin de retourner une dernière fois sur ses lieux mythiques (qui m'ont tant inspirée autrefois et fait vibrer) afin de réaliser l'incompatibilité avec la personne consciente que je suis devenue aujourd'hui. Ce périple est un enterrement de l'ancien Moi pour mieux accueillir le Nouveau, le Vrai.


Audrey.












votre Séance Vidéo d'Harmonisation au Tambour

Téléchargez gratuitement 

Rey-generez vous  

Mentor en Réveil de Conscience depuis 2016

Accompagnement via Skype/WhatsApp.

Stages, Ateliers, Formations et Conférences

Online et en présentiel.

  • REY-GENEREZ VOUS Facebook
  • REY-GENEREZ VOUS instagram
  • REY-GENEREZ VOUS You Tube

© Rey-Generez Vous 2016 - 2020 tous droits réservés