top of page

⊹ Enlever son masque social ⊹




Lorsqu’on s’ouvre à la sagesse pratique Toltèque, on ouvre une boîte de pandore, celle qui renferme les clés de la liberté (énergétique et physique).


Les enseignements Toltèques sont pratiques, accessibles et terriblement efficaces. Ils offrent la clé principale pour « briser les barrières de la perception ordinaire » (qui enferme les êtres humains dans des conditionnements et restrictions énergétiques qu’ils ne peuvent ni voir ni même imaginer car ils en sont esclaves depuis la naissance).


Pour briser ces barrières et accéder à la « liberté totale », il faut accepter de briser auparavant les liens avec son passé et son « histoire personnelle », afin d’atteindre la véritable essence de notre être qui se trouve «sous cette croûte ».

Je vous ai déjà parlé de la technique principale (la Récapitulation) pour se libérer du passé.


Aujourd’hui, j’aimerai apporter aux femmes un élément supplémentaire qui facilite, sans qu’elles le sachent, l’accès à la liberté totale de leur être.


Selon les chamans Toltèques, il est « bien plus facile pour une femme que pour un homme » de briser les liens avec le passé, la famille et les conditionnements. Autrement dit, il est bien plus facile pour les femmes de « quitter leur histoire personnelle ».


Pourquoi ?



Parce-qu’elles n’ont pas à rendre compte de leurs actes.


Les hommes maintiennent l’ordre social du monde, c’est leur rôle « pré-conditionné ». On attend donc d'eux, de manière beaucoup plus insistante, qu'ils rendent compte de leurs actes. Ils sont en quelques sortes davantage prisonniers de leur "histoire personnelle" (leur place, leur statut etc.) que les femmes.

Les femmes n’ont pas ce « rôle » (elles ont d’autres conditionnements inconscients à dépasser mais pas celui-ci).


Ainsi, cette aptitude à se libérer plus facilement de leur passé et de leur histoire personnelle, donne aux femmes une plus grande adaptabilité.

Malheureusement, elles utilisent rarement cet atout. Celui-ci apporte la liberté totale mais la liberté n’est pas gratuite.



La liberté complète implique de dépasser ses peurs, sa zone de confort, ses habitudes routinières sécurisantes et ses repères sociaux fondamentaux.


Cette liberté, selon les Toltèques, coûte le masque social que l’on porte sur soi, qui est « si agréable à porter et si difficile à enlever », non pas parce-qu’il nous va bien mais parce-qu’on le porte depuis très longtemps.


Cette liberté est de parvenir, une fois le masque enlevé, au « total désintérêt vis-à-vis de soi-même » (= stopper la focalisation et la centralisation sur soi).

La meilleure manière d’y parvenir, selon les Toltèques, et de déplacer son attention et sa perception du monde sur autre chose, sur les autres, sur notre environnement immédiat, plus lointain etc. Sans ramener l’interprétation (les impacts, les comparaisons etc.) vis-à-vis de soi.


Pour accéder à la liberté totale de l’être, la femme & l’homme doivent donc enlever leur « masque social personnel » et façonner leur « masque énergétique essentiel ».

Il ne s'agit pas ici de remplacer une façade par une autre.



Je vous en parle dans l’article de mardi prochain ❤︎


Audrey.



crédit illustration @yumioda33art


121 vues

Posts récents

Voir tout

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page